L’histoire

Quand et pourquoi SOS Faons est né?

En 2010, Tomi Tomek, la présidente de l’association SOS CHATS et de la fondation SOS Chats Noiraigue, avait une discussion avec un garde-faune et le directeur du Service de la Faune des Forêts et de la Nature du canton de Neuchâtel. Ils lui ont raconté les accidents qui se produisaient chaque année au moment de la fauche des champs. En ce temps-là, elle ne savait pas qu’il y avait autant de décès de petits faons au Val-de-Travers (NE) et ailleurs en Suisse.

Les gardes-faune essayaient d’aider les agriculteurs en leur proposant de passer avec leurs familles dans les champs juste avant que la faucheuse arrive.

Pendant plusieurs années, Tomi a aidé les gardes-faune et des paysans à faire une battue avant la coupe de l’herbe, en allant dans les champs avec des bâtons et en criant pour chasser les chevreuils et marquer les places où ils avaient caché leurs bébés.

Malheureusement, cette méthode n’est pas très efficace, car les faons sont vraiment bien terrés et il est très difficile de les voir. De plus, les paysans voulaient faucher les mêmes jours en raison de la météo et il n’y avait pas assez de monde pour aller partout.

Des chercheurs, auteurs, biologistes et spécialistes de la faune sauvage en Suisse, le Dr Jost par exemple, lui avait expliqué qu’il faudrait trouver un autre système pour le sauvetage des faons.

En 2017, Mme Tomek a trouvé un petit faon coupé en deux sur le champ avoisinant le refuge de SOS CHATS dans la réserve du Creux-du-Van (voir article). Cette image d’une mort brutale d’un petit être innocent était insupportable pour elle, surtout qu’elle a vu pendant plusieurs jours la mère retourner à l’endroit de l’accident. Elle voulait alors chercher une autre possibilité de sauver les petits chevreuils.

Avec son assistante, Aurore Lecerf, elles ont entendu parler de sauvetage à l’aide de drones munies de caméra thermique permettant une détection quasiment infaillible des faons.

Elles ont pris contact avec Boris Bron, directeur de l’entreprise SWISS-FLY également actif dans le sauvetage des faons dans le canton de Vaud. En 2018, il est venu effectuer des missions avec la fondation SOS Chats Noiraigue dans le canton de Neuchâtel afin de leur faire une démonstration de cette méthode.

Il a ensuite formé Aurore au sauvetage des faons par voie aérienne. Mme Lecerf a ainsi pu voler au secours de faons dès 2019 et SOS Faons est né. A la fin de la saison de cette année-là, un crowdfunding a été lancé afin de récolter des fonds supplémentaires pour acheter plus de matériels et agrandir le projet dès 2020. Aujourd’hui SOS Faons compte 6 pilotes bénévoles, disposant de 4 drones.

Le faon retrouvé mort

Le faon retrouvé mort

Détection par battue – méthode peu fiable

Le faon retrouvé mort

Détection par battue – méthode peu fiable

Détection par drone + caméra thermique

Détection par drone + caméra thermique

Faon sauvé en 2019